Catégories : Histoires de vêtements

Le Japon est devenu, en quelques années, la capitale mondiale du denim.

Pourquoi un tel engouement ? Qu'est-ce qui rend le denim Japonais si particulier ?

 

Le Japon et les jeans, une histoire de passion et de tradition

Contrairement à ce que l'on peut imaginer, ce que l'on appelle communément aujourd'hui "toile japonaise" trouve son origine dans les années 60, dans la région d'Okayama.


setouchi flaneurs selvedge-jpg.jpg  
La région d'Okayama, et plus précisément la ville de Kojima, a une longue histoire dans l'industrie du vêtement de travail et la confection d'uniformes scolaires, mais ce n'est que dans les années 1960 que les premières manufactures se lancent dans la fabrication du denim.

Après la Seconde Guerre mondiale en effet, les jeans sont introduits par les soldats américains dans la société japonaise. Ils deviennent rapidement populaires et les jeans américains importés deviennent un produit à la mode.
Les fabricants d'Okayama qui disposent des métiers à tisser adéquats commencent donc naturellement à s'essayer à la production de jeans, donnant ainsi naissance à l'industrie japonaise du denim.

Comme les autres pays producteurs de jeans, le Japon connait des hauts et des bas au fil des décennies. Les gains de productivité entrainant, comme souvent, des pertes de qualité, certaines entreprises veulent réagir et ont alors l'idée de remettre en état leurs vieux métiers à tisser.
Un véritable retour aux sources et une quête pour retrouver l'âge d'or du denim commencent alors.
Avec des puristes comme Pure Blue JapanOni ou Momotaro, le denim retrouve peu à peu toutes ses lettres de noblesse. Il est aujourd'hui rebaptisé "selvedge" ou "toile japonaise", néanmoins les machines utilisées et les méthodes employées pour sa fabrication restent les mêmes qu'autrefois.

 

Toile japonaise et denim selvedge, qu'est-ce-que c'est ?

Pour être plus précis, le jean selvedge, que l'on pourrait traduire par "denim à lisière", a comme particularité des coutures extérieures naturelles et nettes qui ne s’effilochent et ne se défont pas.
Le mot « lisière » fait ici référence au « liseré », c’est-à-dire au bord naturel d'un rouleau de tissu. Cela implique une fabrication utilisant des métiers à tisser traditionnels à navettes qui tissent un fil continu (la trame) passé de long en large sur toute la longueur du rouleau.
La trame fait alors une boucle de retour sur le bord naturel de la toile, et crée ainsi le liseré. Localisé le long de la couture extérieure des pantalons, celui-ci est visible lorsque l’on fait un ourlet.

La navette d'un métier à tisser

Fabriquer un jean selvedge nécessite près de 2.80 m de tissu. Ainsi, pour maximiser le rendement, les fabricants utilisent le tissu jusqu'à ses extrémités.
Le bord de la lisière est cousue avec du fil coloré (généralement rouge), pour permettre au tisserand de distinguer les tissus rassemblés.

Contrairement à ce que l'on entend souvent, les jeans Japonais sont généralement fabriqués sur des métiers à tisser japonais, notamment Toyoda, et non des machines importées des États-Unis.
En effet, c'est à la fin du XIXe siècle que Sakichi Toyoda invente le premier métier à tisser mécanique du Japon, une invention qui va révolutionner l'industrie textile de l'archipel.
En janvier 1918, Sakichi fonde la Toyoda Spinning & Weaving Company et réalise, avec l'aide de son fils Kiichiro, le rêve de sa vie en construisant, en 1924, le premier métier à tisser automatisé du pays.
Deux ans plus tard, il fonde l'usine Toyoda Automatic Loom Works. C'est d'ailleurs grâce aux 100 000 livres Sterling obtenues par la vente du brevet de son métier à tisser automatisé que Kiichiro fonde, en 1937, la Toyota Motor Corporation.

Dans les années 50, la demande croissante de jeans pousse les fabricants à remplacer les vieux métiers à tisser à navettes par des métiers à tisser à projectiles modernes. Ces nouvelles machines ont permis de produire le tissu plus beaucoup rapidement dans des largeurs nettement plus grandes, rendant ainsi possible l'essor considérable du jean dans le monde.
La toile japonaise sur métier à tisser Toyoda se raréfie progressivement jusqu'à devenir une production quasiment inexistante.

Un métier à tisser Toyoda

 

La Teinture Indigo d'une toile japonaise

Originellement, la toile de jean est teinte avec de l'indigo naturel, un pigment bleu issu de la fermentation des feuilles de l’indigotier, connu des égyptiens et des chinois depuis des millénaires. Cette teinture a la particularité de se délaver aisément sur le coton.
La technique employée pour teindre les toiles japonaises est appelée "rope dyeing". Reconnue comme la meilleure méthode de teinture pour le denim, les fils sont plongés dans de l'indigo naturel en alternant successivement bains et oxydation.
Petit détail étonnant : avant d'atteindre sa teinte bleuté, l'indigo apparaît vert! C'est grâce à la réaction chimique provoquée par le contact avec l'oxygène que la nuance bleu se dévoile.
Plus on répète ces opérations, plus forte est la nuance d'indigo.
Comme l'immersion du coton dans l'indigo ne dure que peu de temps, les différentes couches d'indigo se superposent, mais le cœur de la fibre reste blanc. Cela permet d'avoir un jean qui délavera mieux et plus rapidement qu'un jean dont le fil de chaine aurait été teint plus en profondeur.

Immersion de la toile dans l'indigo

Délavage d'un jean Momotaro 18oz porté deux ans !

 

On peut donc faire varier la nuance d'indigo, du plus clair au plus foncé, en fonction du nombre de bains.

Différentes nuances de teinte indigo

 

On peut également mélanger l'indigo avec d'autres pigments.
Par exemple, les jeans Greencast produisent de magnifique délavages bleu/vert en mélangeant du colorant au soufre vert à la teinture indigo.

L'évolution d'un magnifique greencast de chez BDD

 

On retrouve également souvent des mélanges Indigo/Black.

L'évolution d'un Indigo X Black de chez Iron Heart

 

Certaines marques vont parfois plus loin, afin de proposer des toiles aux délavages uniques.
Pour cela, on peut jouer sur la couleur du coton qui se trouve sous la teinture indigo.
Si le fil de coton est légèrement brun, c'est cette tonalité qui apparaitra progressivement quand le jean commencera à se patiner. C'est le cas du Dirty Fade Selvedge de chez Naked & Famous par exemple.

L'évolution de la patine d'un jean Dirty Fade Selvedge de chez Naked & Famous

 

Le principe est le même pour les Blue Core, Green Core, Red, Purple, Rainbow etc ...

Un jean Naked & Famous Green Core Selvedge

 

un jean Naked & Famous Red Core Selvedge

 

Un jean Naked & Famous Hanami Selvedge

 

Un jean Naked & Famous Rainbow Core Selvedge

 


Les différentes techniques de tissage de denim japonais

En utilisant les métiers à tisser à navette, il est possible de créer différentes sortes de tissages: right hand twill (le tissage classique), left hand twill, broken twillslubbyneppy, etc...
Cela permet d'obtenir des toiles aux aspects très différents et dont les qualités de patines varieront d'une technique de tissage à l'autre.



Rien de mieux pour mettre cela en images que vous montrer les deux extrêmes du genre: le Lord of Nep à gauche et le King Of Slub à droite, tous deux signés Naked & Famous.


 

L'épaisseur de la toile japonaise

Il est également possible d'obtenir des toiles au grammage très lourd ou très léger.
Vous trouverez cette indication sur toutes nos fiches produits avec la mesure en onces ou "oz".
C'est l'une des données les plus importantes pour choisir votre jean. Pour vous repérer, l'épaisseur standard est généralement de 14.5oz, mais avec certains fournisseurs, comme Naked & Famous, nous avons eu par le passé des toiles entre 5oz et 32oz !

Les fameux 32oz chez Naked & famous, qui tiennent debout tout seuls !

 

Les détails de façonnage d'un jean japonais

Les meilleurs fabricants utilisent ici aussi des machines vintage, comme les machines à coudre américaines Union Special, reconnues pour la qualité de leurs coutures en points de chainette.
On retrouve également des rivets en cuivre pour renforcer les différents points de tensions.
Pour les puristes, certains détails sont plus subtils, comme le peek-a-boo sur la coin pocket, ou les rivets cachés pour les poches arrières.

Tout le monde sait que le diable est dans les détails !

Une machine à coudre vintage Union Special

nbsp;

Le peek-a-boo de la coin pocket sur un jean ONI

 

Un rivet caché sur un jean ONI

 

La finition d'un jean japonais

Pour finir, il est important d'expliquer qu'une toile selvedge peut être :

  • "raw" = le jean est brut. La toile est tissée, le jean est cousu, rien de plus !
    Rien de plus, c'est peut-être vite dit. En effet, la plupart des toiles selvedge sont "sanforisées". Derrière ce mot se cache un procédé qui permet de pré-rétrécir la toile, tout en conservant son aspect brut.
    Le taux normal de rétrécissement d'une toile selvedge non-sanforisée est généralement de 10%. Pour un jean sanforisé, le rétrécissement n'est que très faible et correspond généralement à la détente de la toile après quelques jours de port.
  • "one wash" = la toile est lavée une première fois par le fabricant. Cela permet de faire ressortir légèrement le bleu de l'indigo, mais surtout cela fixe la taille du jean et rend le tissu plus souple. Pour les toiles plus épaisses, c'est parfois très appréciable ! ;)
  • "tempi" = il s'agit d'une technique japonaise de lavage à l'eau froide, puis de séchage au soleil qui permet de conserver le toucher rugueux d'un jean brut tout en pré-rétrécissant la toile. 
    C'est la meilleure finition possible pour un selvedge et particulièrement adaptée pour les jeans non-sanforisés.
  • "non-sanforisé" = comme évoqué plus haut, une toile non-sanforisée aura tendance à rétrécir nettement au premier lavage, perdant généralement une taille complète. Ce sont des toiles très rigides et rugueuses avec lesquelles on obtient de très beaux délavages.
    Un jean non-sanforisé doit donc être pris avec une taille de plus. Cela rend la vente en boutique plus compliquée, mais d'expérience nous savons que ce sont des jeans qui tombent particulièrement bien après plusieurs mois, la toile ayant pris la forme de celui qui la porte.

Toutes ces explications permettent facilement de comprendre que les machines et les artisans qualifiés pour les utiliser sont rares, la plupart restant concentrés dans la région d'Okayama.
Le selvedge est donc une toile plus coûteuse à produire, mais sa qualité est incomparable à celle d'une toile de jean standard.
  Chez Flâneurs, cela fait plus de 10 ans que nous sommes spécialisés dans la vente de denim japonais.
Passionnés de toile japonaise et de vêtements qui portent une tradition et un savoir-faire, nous nous rendons régulièrement au Japon pour visiter les manufactures et faire de nouvelles rencontres afin d'enrichir notre sélection avec des articles de haute qualité.

 

Une sélection de nos jeans en toile japonaise dans notre boutique Flâneurs à Rennes
2H8A0998 (Copier).jpg

Chargement…